• liana

les 5 étapes du changement de comportement (cycle de PROCHASKA)

En général, ce cycle est associé aux dépendances et /ou addictions mais il me semble aussi valable dans d’autres domaines. Le connaitre est intéressant car il permet de prendre conscience de ses habitudes de la vie quotidienne et de sa position.


1ere étape : la pre-contemplation ‘je n’ai pas de problème »..c’est la béatitude, tout va très bien, Madame la marquise…Aucune intention de changement, voir même résistance ou déni en face d’argumentation, pouvant aller jusqu’à la colère.


2e étape : la contemplation : On reconnait le problème mais on le minimise : on reporte la responsabilité sur l’environnement. Des tentatives ‘alibis » parfois, sans conviction. De toute façon, on se trouve des raisons pour ne pas changer. On reste dans sa zone de confort.


3e étape : Décision et préparation à l’action (qui peut être déclenché par un évènement externe). On se renseigne et on se fixe un objectif. C’est en général lors de cette phase que l’on va chercher de l’aide (le plus souvent on prend contact avec des thérapeutes) – une maxime que j’aime bien : Seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin.

4e étape : Action ou plutôt actions. On sort de sa zone de confort. Chaque action réalisée conforte dans le changement et renforce la motivation. On entame un cercle vertueux . Mais attention à la précipitation (qui veut aller loi, ménage sa monture). Un certain prosélytisme peut être observé .


5e étape : Consolidation : Les nouvelles habitudes se mettent en place (il faut au minimum 6 mois) et s’automatisent. La rechute est toujours possible (d’où l’importance de l’appui externe et de l’environnement en général)..c’est l’étape à laquelle j’associe le diction « chassez le naturel, il revient au galop ».


A toutes les étapes, l’échec est possible (dans la 5e étape, on parle de rechute) mais il faut le prendre comme un apprentissage et en tirer des enseignements.

D’ailleurs, lorsqu’un patient me parle d’échec, je préfère lui demander ce qui lui a manqué pour réussir et ce qu’il pourrait faire pour éviter à nouveau l’échec…

Parfois je suis provocatrice et demande quels ont été les avantages à ne pas réussir (bing ! oups !).


Si vous avez lu ce post (très synthétique, je l’avoue), je ne doute pas qu’un certain brainstorming est en cours …C’est normal et sain ! Je suis certaine que vous reconnaitrez des phases de changement dans votre quotidien.

0 vue

Nos Clients :

​© 2017 par LD.

Créé avec Wix.com